Aller directement au contenu.

Catalogue de publications

173 résultats trouvés

  1. Status of substances of emerging concern in bottom sediments and suspended sediments in the St. Lawrence

    In 2008, the St. Lawrence River component of Environment and Climate Change Canada’s (ECCC) Water Quality Monitoring and Surveillance Section made a commitment to provide scientific support to the Chemicals Management Plan (CMP). The CMP is a federal government initiative aimed at reducing the risks posed by chemicals to Canadians and their environment. This support generated a significant amount of funding, which, in conjunction with financial support from the St. Lawrence Action Plan (SLAP), made it possible to provide an initial portrait of substances of emerging interest in sediments and suspended sediments in the St. Lawrence River from samples collected in sediment traps.

    pdf
    • Pelletier, Magella
    • Publié  :
  2. État de situation des substances d’intérêt émergent dans les sédiments de surface et les sédiments en suspension du Saint-Laurent

    La section Monitoring et surveillance de la qualité de l’eau (MSQE) du Saint-Laurent d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) a entrepris en 2008 d’offrir un soutien scientifique au Plan de gestion des produits chimiques (PGPC). Le but de cette initiative fédérale est de réduire les risques que posent les produits chimiques pour les Canadiens et leur environnement. Ce support a permis un apport additionnel et significatif de financement à celui du Plan d’action Saint-Laurent (PASL) afin de dresser un premier portrait de situation des substances d’intérêt émergent dans les sédiments et les sédiments en suspension qui ont été recueillis à l’aide de trappes à sédiments dans le fleuve Saint-Laurent.

    pdf
    • Pelletier, Magella
    • Publié  :
  3. Les insecticides néonicotinoïdes : état des connaissances de leurs impacts potentiels sur les organismes aquatiques

    Les néonicotinoïdes sont des insecticides dont l’usage a grandement augmenté depuis leur mise sur le marché dans les années 1980. Principalement homologués pour le traitement des semences, notamment de maïs et de soja, ils peuvent aussi être pulvérisés sur une grande variété de culture. Dans les champs, ils peuvent persister dans les sols pendant plusieurs années ou être transférés vers les milieux aquatiques environnants par les eaux de ruissellement. Or, les organismes aquatiques peuvent être affectés par ces insecticides. Ainsi, leur présence dans les milieux aquatiques pourrait représenter un danger pour la santé de ces écosystèmes.

    pdf
    • Paquet, Nathalie Triffault-Bouchet,Gaëlle Métivier, Marianne Giroux,Isabelle
    • Publié  :
  4. Neonicotinoid Insecticides: State of Knowledge of Their Potential Impacts on Aquatic Organisms

    Neonicotinoid insecticides were discovered in the 1980s and were introduced into the market a decade later. Since then, their use has become extremely widespread around the world, notably in response to the increasing resistance of insect pests to traditional insecticides such as organophosphates, carbamates and pyrethroids. Neonicotinoids are systemic insecticides that, unlike insecticides that remain on the surface of treated foliage, are absorbed by the plant and transported throughout its tissues, including the foliage, stems, roots, flowers, pollen and fruit

    pdf
    • Paquet, Nathalie Triffault-Bouchet, Gaëlle Métivier, Marianne Giroux, Isabelle
    • Publié  :
  5. Inventaires d’oiseaux (été 2018) après restauration de trois cours d’eau et d’une parcelle agricole de la région du lac Saint-Pierre Secteur de Baie-du-Febvre

    Le lac Saint-Pierre et sa plaine inondable, qui est la plus grande du Québec, représentent l’une des composantes majeures de l’écosystème du Saint-Laurent. Avec, entre autres, 288 espèces d’oiseaux résidents ou migrateurs et 79 espèces de poissons (MDDEFP, 2013), le lac est un milieu de vie exceptionnel reconnu à l’échelle internationale pour sa grande biodiversité (Réserve de la biosphère de l’UNESCO et site RAMSAR). Favorisées par la grande fertilité de sa plaine inondable, les activités agricoles sont établies dans la région du lac Saint-Pierre depuis plusieurs centaines d’années. À partir de la deuxième moitié du siècle dernier, les cultures annuelles ont graduellement remplacé les cultures pérennes, et ce, même dans la zone littorale du lac (Dauphin et Jobin, 2016). Les pratiques agricoles associées aux cultures annuelles ont entraîné une détérioration des milieux naturels et ont contribué à la réduction de l’habitat disponible pour de nombreuses espèces fauniques (Latendresse et coll., 2008; Rioux et coll., 2009). Les oiseaux de prairies (Goglu des prés, Sturnelle des prés, etc.), dont les populations sont en déclin (ICOAN, 2012), et la sauvagine font partie des espèces touchées par la disparition des prairies humides et la conversion des cultures pérennes en cultures annuelles. La perte de substrat végétal occasionnée par le travail automnal du sol favorise l’érosion des terres durant les périodes de crue en plus d’entraîner la destruction de milieux importants pour la reproduction et l’alevinage du poisson au printemps, un facteur clé dans le déclin de la population de perchaudes du lac Saint-Pierre (Magnan et coll., 2017). À ce jour, environ 5 000 hectares d’habitat de reproduction potentiel ont été perdus pour la perchaude (TCRLSP, 2017).

    pdf
    • Nicole, Alexandre Dauhin, Diane
    • Publié  :
  6. Inventaires d’oiseaux (été 2018) préalables à la restauration de deux aménagements fauniques et de quatre cours d’eau dans le littoral du lac Saint-Pierre Secteur Berthierville-Maskinongé

    Le lac Saint-Pierre et sa plaine inondable, qui est la plus grande du Québec, représentent l’une des composantes majeures de l’écosystème du Saint-Laurent. Avec, entre autres, 288 espèces d’oiseaux résidents ou migrateurs et 79 espèces de poissons (MDDEFP, 2013), le lac est un milieu de vie exceptionnel reconnu à l’échelle internationale pour sa grande biodiversité (Réserve de la biosphère de l’UNESCO et site RAMSAR). Favorisées par la grande fertilité de sa plaine inondable, les activités agricoles sont établies dans la région du lac Saint-Pierre depuis plusieurs centaines d’années. À partir de la deuxième moitié du siècle dernier, les cultures annuelles ont graduellement remplacé les cultures pérennes, et ce, même dans la zone littorale du lac (Dauphin et Jobin, 2016). Les pratiques agricoles associées aux cultures annuelles ont entraîné une détérioration des milieux naturels et ont contribué à la réduction de l’habitat disponible pour de nombreuses espèces fauniques (Latendresse et coll., 2008; Rioux et coll., 2009). Les oiseaux de prairies (Goglu des prés, Sturnelle des prés, etc.), dont les populations sont en déclin (ICOAN, 2012), et la sauvagine font partie des espèces touchées par la disparition des prairies humides et la conversion des cultures pérennes en cultures annuelles. La perte de substrat végétal occasionnée par le travail automnal du sol favorise l’érosion des terres durant les périodes de crues, en plus d’entraîner la destruction de milieux importants pour la reproduction et l’alevinage du poisson au printemps, un facteur clé dans le déclin de la population de perchaudes du lac Saint-Pierre (Magnan et coll., 2017). À ce jour, environ 5 000 hectares d’habitat de reproduction potentiel ont été perdus pour la perchaude (TCRLSP, 2017).

    pdf
    • Nicole, Alexandre Dauphin, Diane
    • Publié  :
  7. Bird Surveys (Summer 2018) Following Habitat Restoration along Three Watercourses and in an Agroforestry Plot in the Lake Saint-Pierre Region Baie-du-Febvre Area

    Lake Saint-Pierre and its floodplain, which is the largest in Québec, is one of the major components of the St. Lawrence ecosystem. With more than 288 resident and migratory bird species and 79 fish species (MDDEFP, 2013), the lake offers an exceptional natural environment, which has received international recognition for its rich biodiversity (UNESCO Biosphere Reserve and RAMSAR site). Agricultural activities have been carried out on the fertile floodplain of Lake Saint-Pierre for several centuries. However, beginning in the second half of the 20th century, perennial crops were gradually replaced by annual crops, even in the floodplain area (Dauphin and Jobin, 2016). Agricultural practices associated with annual cropping have resulted in degradation of natural habitats and reduced the amount of habitat available for many wildlife species (Latendresse et al., 2008; Rioux et al., 2009). Grassland birds (Bobolink, Eastern Meadowlark, etc.), whose populations are in decline (NABCI, 2012), and waterfowl are among the species that have been adversely affected by the disappearance of wet meadows and the conversion of perennial crops to annual crops. The loss of plant substrates due to fall tillage promotes soil erosion during high water periods and results in the destruction of key fish spawning and rearing grounds in the spring. This degradation has played a significant role in the decline of the Yellow Perch population in Lake Saint Pierre (Magnan et al., 2017). To date, roughly 5,000 ha of potential Yellow Perch spawning habitat has been lost (TCRLSP, 2017).

    pdf
    • Nicole, Alexandre Dauphin, Diane
    • Publié  :
  8. Bird Surveys (Summer 2018) Prior to Wildlife Habitat Restoration at Six Sites Near Lake Saint-Pierre Berthierville-Maskinongé Area

    Lake Saint-Pierre and its floodplain, which is the largest in Quebec, is one of the major components of the St. Lawrence ecosystem. With more than 288 resident and migratory bird species and 79 fish species (MDDEFP, 2013), the lake offers an exceptional natural environment which has received international recognition for its rich biodiversity (UNESCO Biosphere Reserve and RAMSAR site). Agricultural activities have been carried out on the fertile floodplain of Lake Saint-Pierre for several centuries. However, beginning in the second half of the 20th century, perennial crops were gradually replaced by annual crops, even in the shoreline area (Dauphin and Jobin, 2016). Agricultural practices associated with annual cropping have resulted in degradation of natural habitats and reduced the amount of habitat available for many wildlife species (Latendresse et al., 2008; Rioux et al., 2009). Grassland birds (Bobolink, Eastern Meadowlark, etc.), whose populations are in decline (NABCI, 2012), and waterfowl are among the species that have been adversely affected by the disappearance of wet meadows and the conversion of perennial crops to annual crops. The loss of plant substrates due to fall tillage promotes soil erosion during high water periods and results in the destruction of key fish spawning and rearing grounds in the spring. This degradation has played a significant role in the decline of the Yellow Perch population in Lake Saint Pierre (Magnan et al., 2017). To date, roughly 5,000 ha of potential Yellow Perch spawning habitat has been lost (TCRLSP, 2017).

    pdf
    • Nicole, Alexandre Dauphin, Diane
    • Publié  :
  9. Inventaires d’oiseaux (printemps 2019) préalables à la restauration d’un aménagement faunique dans le littoral du lac Saint-Pierre – Segment 2, Saint-Barthélemy

    Le lac Saint-Pierre et sa plaine inondable, qui est la plus grande du Québec, représentent l’une des composantes majeures de l’écosystème du Saint-Laurent. Avec, entre autres, 288 espèces d’oiseaux résidents ou migrateurs et 79 espèces de poissons (MDDEFP, 2013), le lac est un milieu de vie exceptionnel reconnu à l’échelle internationale pour sa grande biodiversité (Réserve mondiale de la biosphère de l’UNESCO et site RAMSAR). Favorisées par la grande fertilité de sa plaine inondable, les activités agricoles sont établies dans la région du lac Saint-Pierre depuis des centaines d’années. À partir de la deuxième moitié du siècle dernier, les cultures annuelles ont graduellement remplacé les cultures pérennes, et ce, même dans la plaine inondable du lac (Dauphin et Jobin, 2016). Les pratiques agricoles associées aux cultures annuelles ont entraîné une détérioration des milieux naturels et ont contribué à la réduction de l’habitat disponible pour de nombreuses espèces fauniques (Latendresse et coll., 2008; Rioux et coll., 2009). Les oiseaux de prairies (Goglu des prés, Sturnelle des prés, etc.), dont les populations sont en déclin (ICOAN, 2019), et la sauvagine font partie des espèces touchées par la disparition des prairies humides et la conversion des cultures pérennes en cultures annuelles. La perte de substrat végétal occasionnée par le travail automnal du sol favorise l’érosion des terres durant les périodes de crues, en plus d’entraîner la destruction de milieux importants pour la reproduction et l’alevinage du poisson au printemps, un facteur clé dans le déclin de la population de perchaudes du lac Saint-Pierre (Magnan et coll., 2017). À ce jour, environ 5 000 hectares d’habitat de reproduction potentiel ont été perdus pour la perchaude (TCRLSP, 2017).

    pdf
    • Nicole, Alexandre
    • Publié  :