Aller directement au contenu.

Catalogue de publications

11 résultats trouvés

  1. Atlas des territoires d’intérêt pour la conservation dans les Basses-terres du Saint-Laurent – Rapport méthodologique version 2, incluant la région de l’Outaouais Juin 2019

    L’un des projets indiqués sous le thème de la conservation de la biodiversité du Plan d’action Saint-Laurent est l’élaboration d’un plan intégré de conservation des milieux naturels et de la biodiversité du Saint-Laurent. Pour les Basses-terres du Saint-Laurent, il a été convenu dans un premier temps de produire un atlas des territoires d’intérêt pour la conservation afin de déterminer les sites où les besoins de conservation sont les plus criants. Les cibles de conservation (filtre grossier) retenues sont les milieux forestiers, les milieux humides, les milieux ouverts (friches, cultures pérennes) et les milieux aquatiques. Ce document méthodologique expose la démarche soutenant la production de cet atlas.

    pdf
    • Jobin, B. Gratton L. Côté M-J. Pfister O. Lachance D. Mingelbier M. Blais D. Blais A. Leclair D.
    • Publié  :
  2. Inventaires d’oiseaux (été 2018) après restauration de trois cours d’eau et d’une parcelle agricole de la région du lac Saint-Pierre Secteur de Baie-du-Febvre

    Le lac Saint-Pierre et sa plaine inondable, qui est la plus grande du Québec, représentent l’une des composantes majeures de l’écosystème du Saint-Laurent. Avec, entre autres, 288 espèces d’oiseaux résidents ou migrateurs et 79 espèces de poissons (MDDEFP, 2013), le lac est un milieu de vie exceptionnel reconnu à l’échelle internationale pour sa grande biodiversité. De nouveaux inventaires d'oiseaux ont été effectués à l’été 2017 pour mesurer l’évolution des communautés aviaires cinq ans après la réalisation des travaux. En raison des niveaux d’eau élevés de 2017, les inventaires ont été reconduits en 2018.

    pdf
    • Nicole, Alexandre Dauhin, Diane
    • Publié  :
  3. Inventaires d’oiseaux (été 2018) préalables à la restauration de deux aménagements fauniques et de quatre cours d’eau dans le littoral du lac Saint-Pierre Secteur Berthierville-Maskinongé

    Le lac Saint-Pierre et sa plaine inondable, qui est la plus grande du Québec, représentent l’une des composantes majeures de l’écosystème du Saint-Laurent. Avec, entre autres, 288 espèces d’oiseaux résidents ou migrateurs et 79 espèces de poissons (MDDEFP, 2013), le lac est un milieu de vie exceptionnel reconnu à l’échelle internationale pour sa grande biodiversité. Des inventaires d’oiseaux ont été réalisés à l’été 2017 afin de dresser un portrait des communautés aviaires présentes au niveau de quatre cours d’eau avant leur aménagement ainsi que dans un aménagement faunique (terre agricole). En raison des niveaux d’eau élevés de 2017, les inventaires ont été reconduits en 2018.

    pdf
    • Nicole, Alexandre Dauphin, Diane
    • Publié  :
  4. Atlas des milieux côtiers d’intérêt pour la conservation dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent - Rapport méthodologique Octobre 2019

    L’un des projets indiqués sous le thème de la conservation de la biodiversité du Plan d’action Saint-Laurent est l’élaboration d’un plan intégré de conservation des milieux naturels et de la biodiversité du Saint-Laurent. Pour les régions de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, il a été convenu dans un premier temps de produire un atlas des milieux côtiers d’intérêt pour la conservation afin de déterminer les sites où les besoins de conservation sont les plus criants.

    pdf
    • Jobin, B. Gratton,L. Desautels,P.
    • Publié  :
  5. Les espèces végétales exotiques envahissantes des milieux humides du Saint-Laurent

    Cette fiche synthèse dresse le bilan de l’évolution de la situation des espèces végétales exotiques envahissantes (EVEE) des milieux humides du Saint?Laurent au cours des années 2008 à 2014. L’état actuel du Saint?Laurent quant à l’invasion des EVEE est jugé intermédiaire. La tendance des EVEE, évaluée selon un intervalle de trois ans écoulés entre chaque prise de données, est jugée stable. Ces constats varient toutefois en fonction des espèces et des secteurs.

    • Marie-Ève Tousignant
    • Publié  :